Marie des poules

Théâtre

Salle Lino Ventura

Deux femmes, deux destins. Un même combat pour la liberté

© Fabienne Rappeneau

Moliière

Molière du Théâtre privé
Molière de la Comédienne dans un spectacle de théâtre privé pour Béatrice Agenin

 

Lorsque, à onze ans, Marie Caillaud entre au service de George Sand, elle ne sait pas encore qu’on l’appellera Marie des Poules, la servante qui va chercher les œufs au poulailler. Elle ne sait pas non plus qu’elle y apprendra à lire, à écrire, à jouer la comédie et à interpréter 35 pièces écrites par George Sand. Elle sait encore moins qu’elle éprouvera les souffrances d’un amour qui va la marquer à vie.

Maurice, le fils de George, entretiendra avec elle une liaison qui perdurera pendant plusieurs années. Quelle sera l’attitude de George Sand ? De Maurice ? Les conventions sociales briseront-elles les espérances de Marie ? Quel sera le destin de Marie des Poules ? Gérard Savoisien propose ici un texte fort sur un personnage peu connu de l’entourage de George Sand. Béatrice Agenin offre ici toute l’ampleur de son art, en jouant deux rôles en même temps : Marie des Poules à tous les âges, retraçant son passé devant nous, et George Sand. Arnaud Denis signe la mise en scène, et joue le rôle de Maurice Sand.

Note d'intention
En 1851, George Sand engagea Marie Caillaud, alors âgée de onze ans, comme aide cuisinière. Affectée également au poulailler, on l’appela Marie des Poules.

Cette petite paysanne, travailleuse, dévouée, fut appelée à jouer, bien qu’inculte et analphabète, dans les pièces qu’écrivait - à la va-vite - George Sand pour son petit théâtre de Nohant, dans son cher Berry. Remarquablement douée, intelligente, dotée d’une grande mémoire lui permettant d’apprendre ses rôles en quelques heures, la domestique se montra une comédienne fabuleuse qui suscita l’admiration des amis de l’écrivain - écrivains eux-mêmes et artistes.

George Sand se prit d’affection pour elle et lui apprit à lire et à écrire. La petite illettrée devint une femme cultivée, folle de théâtre, qui tint sa place lors des soirées et dont la conversation fut appréciée. Elle finit par être la gouvernante de Mme Sand.

L’histoire aurait pu en rester là mais en 2008, grâce à une directrice d’école, Solange Dalot, qui fit des recherches approfondies dans les cahiers, la correspondance et divers écrits de George Sand, le pot-aux-roses fut découvert. Maurice Sand, le fils de George, fut l’amant de Marie des Poules. La relation dura une douzaine d’années jusqu’à ce que Marie Caillaud accouche d’une petite fille, deux mois après un autre accouchement, celui de Lina Calametta, l’épouse tardive de son amant. La gouvernante fut placée à Paris, éloignée de Maurice, qui sera plus tard à son tour abandonné par femme et enfant et mourra solitaire.

Combats pour l'indépendance

Je suis allé moi-même sur la piste de cette liaison cachée. J’y ai découvert un amour sacrifié aux différences de condition sociale. Reste que les deux femmes, George Sand et Marie Caillaud se ressemblent par la liberté à laquelle elles aspirent, l’une en écrivant, l’autre en se cultivant. Ce sont les deux versants d’une même idée de la femme indépendante que revendiquent toujours de nombreuses personnes dans le monde, combat encore long car entravé par des préjugés têtus et imbéciles.
Gérard Savoisien, auteur

Une pièce sensible, mélancolique et grave.  Béatrice Agenin est exceptionnelle, confondante de vérité - Figaroscope.

 

Durée : 1h15
Plein tarif : 31 € - Tarif réduit : 23 € - Tarif groupe : 20 €
Location à partir du lundi 14 septembre

Une pièce de Gérard Savoisien
Mise en scène : Arnaud Denis
Assistant à la mise en scène : George Vauraz

Avec Béatrice Agenin, et Arnaud Denis

Décors : Catherine Bluwal ; Lumières : Laurent Béal ; Créateur sonore : Jean-Marc Istria ; Création marionnettes : Julien Sommer
Tous les spectacles