La paix dans le monde

Théâtre

Salle Lino Ventura

L'histoire d'un très, très grand amour, singulier, effrayant, comique et bouleversant.

© Mathieu Morelle

C'est l'histoire de Simon et Lucie.
Cinq ans avaient passé. Puis dix, puis quinze. Le juge peut interdire au coupable d’approcher la victime pour une durée d’au plus cinq ans. Simon n’a pas revu Lucie. Il vit en Suisse, à quelques kilomètres de la maison de Charlie Chaplin. Il lit des livres, il fait du feu. Il ne voit pas le temps passer. Simon se prépare. Au jour où Simon et Lucie seront enfin réunis. Il doit être prêt. Tout doit être prêt. Le monde n’oubliera jamais ce jour.

La Paix dans le monde se déroule sur plusieurs années, c’est un voyage, c’est une vie.
 L’histoire d’un garçon amoureux, amoureux fou, de la même fille, depuis toujours. Sens littéral du terme : un garçon jugé fou, qui a fait des folies, même si aujourd’hui c’est un homme, et qu’il n’a pas revu son amoureuse depuis quinze ans. "Interdiction d’approcher" cela s’appelle. Il continue pourtant de vivre et de converser avec elle, comme si de rien n’était. Pas l’histoire d’une sombre obsession, non, l’histoire d’un très grand amour.

Voix douce, physique d'adolescent bienveillant, Frédéric Andrau est parfait, fragile et sensible à souhait. Le canard enchaîné

Un moment sublime, l'impression de traverser la vie. Derrière le calme qui émane de son phrasé d'une douceur intense, se cache une passion toujours brûlante, une douleur vive, une tempête, imprévisible qu'on redoute... Une puissance rare et une émotion qui submerge. Bouleversant. Le Parisien

" C’est ce récit, parfois picaresque, parfois très intime, et c’est ce cœur battant, cet amour fou, que mon regard devra mettre en lumière pour émouvoir, éblouir et, le plus sincèrement du monde, toucher le spectateur. Le théâtre intérieur de Simon est très riche, heurté, violent, joyeux, peuplé de souvenirs et de fantômes. Lorsque la pièce démarre, il vit comme un ermite, loin des folies du monde, dans le dénuement le plus total, une ascèse volontaire qui calme son esprit. Simon vit sur un fil qu’il s’est lui-même tissé, des habitudes et des repères, des horaires, un jour après l’autre, comme disent les alcooliques. Garder ses monstres à distance, leur parler pour les endormir, les assoupir, faute de pouvoir véritablement les dompter. Il est conscient de cette folie, il se connaît, ses années d’internement, le travail avec son psychiatre, Walter, lui ont ouvert les yeux. C’est un être qui se sait différent, et qui, au fil de ces années, grâce aux exercices qu’on lui a appris à faire, arrive enfin à se contrôler. Garder la distance est un travail de chaque instant. "  Frédéric Andrau

 

Écriture et mise en scène : Diastème
Assisté de : Mathieu Morelle
Avec Frédéric Andrau
Participation d'Emma de Caunes
Musique : CaliImages : Vanessa Filho / Décor : Alban Ho Van / Lumières : Stéphane Baquet / Costumes : Frédéric Cambier

Compagnie La Main Gauche

Durée : 1h20
Plein tarif : 21 € - Tarif réduit : 15 € - Tarif groupe : 12 €
Location à partir du 13 septembre

 Crédit photo : ©Mathieu Morelle

Tous les spectacles