Théâtre

LA DAMA BOBA

Photo du spectacle

MA DAMA BOBA
Comédie emblématique de Lope de Vega, aussi célèbre en Espagne que Les Femmes savantes en France, La Dama Boba a traversé le temps. Ecrite en 1613 la pièce met en évidence la modernité du dramaturge qui questionne la place dévolue à la femme, subordonnée au père ou au mari, et propose de nouvelles héroïnes audacieuses et singulières. Chacune à sa façon échappe à l’image de la femme fabriquée par la société dans laquelle elles évoluent. L’une, Nise, s’approprie le savoir des homme. L’autre, Finéa, se réalise grâce à l’art et à la fantaisie. Chacune triomphe devenant maitresse de sa destinée.
Dans son déroulement, la pièce propose également une réflexion sur la définition de l’intelligence. Finéa, inadaptée socialement car incapable d’apprendre à lire et à écrire, possède pourtant une intuition rare, un instinct émotionnel hors du commun. Elle voit la vie comme une artiste, à travers un kaléidoscope singulier, donnant ainsi au monde des couleurs atypiques, parant les relations humaines d’enjeux imperceptibles aux autres. Son originalité lui permet tout à la fois de séduire et de s’accomplir elle-même.
Ce questionnement ouvre vers une réflexion sur la pédagogie et ses outils conçus pour tous qui ne peuvent pas correspondre à tout le monde. Quel maître peut alors guider l’esprit réfractaire Vers la connaissance ? C’est l’apprentissage soutenu par le désir, notion très contemporaine, qui l’emporte ici.
Qui est cette dama Boba : l’idiote du village condamné à la naissance ? L’artiste du siècle d’or qui bouleverse les codes établis et pose un nouveau regard sur le monde ?
Chacun peut projeter sur la dama la figure atypique de son choix. Qui est-t-elle pour moi ? Lors de mon dernier spectacle, Les Petites Reines, traitant du harcèlement des adolescents sur les réseaux sociaux, j’ai effectué de nombreuses actions culturelles dans des milieux parfois très difficiles. J’ai eu ainsi l’occasion de rencontrer de très jeunes gens considérés en marge car incapables d’insertion.
Lors de ces rencontres, il m’est apparu que la comédie de Lope de Vega pouvait devenir un support gracieux à une réflexion plus profonde.
Grace à ces adolescents déboussolés, j’ai trouvé le visage de La Dama Boba : elle a leur regard dérouté, leur sourire éblouissant, leur colère désordonnée. Comme eux, elle parle trop fort ou trop doucement, parfois elle s’arrête au milieu d’une phrase sans qu’on sache pourquoi, elle frappe et embrasse avec la même violence, elle danse et chante quand elle en a envie. Elle me désarme totalement et remet en question mon point de vue sur le monde. Elle peut changer la société et pourtant elle en est rejetée.

Justine HEYNEMANN

ADA/AVA

 

photo du spectacle

JEUDI 21 MARS - 20h30

Fondé à Chicago en 2010, le collectif pluridisciplinaire Manual Cinema est reconnu à travers le monde pour ses spectacles mêlant l’artisanat du théâtre d’ombres et d’objets au pouvoir de suggestion du cinéma. Ils proposent un univers onirique, dont les influences cherchent autant du côté d’Alfred Hitchcock que de Tim Burton.

Ada, septuagénaire, vient de perdre sa jumelle, Ava. Peu à peu, dans la maison où elles ne sont jamais quittées, Ada réapprend à vivre et la complicité avec les souvenirs de sa sœur Ava devient une force.

Sur scène, se crée en direct et sous les yeux du public une expérience cinématographique unique, vivante, faite d’ingéniosité et de théâtralité.

Un spectacle envoûtant d’une rare finesse à découvrir en famille.

 

*****************************************************

Compagnie Manual Cinema (USA)
Mise en scène : Drew Dir
Musique originale, conception sonore : Kyle Vegter et Ben Kauffman
Création visuelle : Drew Dir, Sarah Fornace et Julia Miller

Comédiennes : Julia Miller, Lizi Breit
Marionnettistes : Drew Dir, Sam Deutsch, Sarah Fornace
Musiciens : Quinn Tsan, Alex Ellsworth, Michael Hilger

**************************************************
Durée : 1h
Location à partir du 7 janvier
Tarif : C
 

 lire la suiteLire la suite

FRANCOISE SAGAN

d'après Je ne renie rien

photo du spectacle

MARDI 26 MARS - 20h30

À partir des interviews de Sagan « Je ne renie rien », Caroline Loeb s’approprie la parole de l’auteur de « Bonjour tristesse » dans un monologue sensible et attachant. « Mon choix a été celui de l’intime. La retrouver dans sa pensée, de l’intérieur. Inside Françoise Sagan»

Émouvante, drôle, lucide et implacable, Sagan nous parle de son amour absolu pour la littérature, de la fragilité des hommes, de l’importance du désir, de son dédain pour l’argent, de sa passion pour le jeu, et de la mort en embuscade. Caroline Loeb accompagnée à nouveau par Alex Lutz qui la met en scène, incarne de manière étonnante cette passionnée de la vie, toujours sur le fil du rasoir.

*****************************************************

Mise en scène : Alex Lutz
avec la collaboration de Sophie Barjac
Adaptation et interprétation : Caroline Loeb

« Je ne renie rien » de Françoise Sagan est publié aux Editions Stock

******************************************************
Durée : 1h10
Location à partir du 7 janvier
Tarif : B

***********************************************

 

Passerelle Théâtre/Cinéma
Jeudi 28 mars - 20h30

BONJOUR TRISTESSE d'Otto Preminger
(en version restaurée)

Visuel de l'affiche du film
 

 lire la suiteLire la suite

ON NE VOYAIT QUE LE BONHEUR

Grégoire Delacourt

Photo du spectacle

SAMEDI 17 NOVEMBRE - 20h30

Grégori Baquet, Molière Révélation masculine en 2014, porte sur scène ce best-seller coup de poing : l’histoire d’un fait divers, un moment de folie d’un père qui bouleverse l’existence de sa fille. Par son adaptation et sa mise en scène, il raconte l’histoire d’une résilience : celle de deux personnages, l’un victime, l’autre bourreau. Une quête d’amour, une odyssée remplie d’humanité, chargée de souffrance certes, mais aussi d’espérance.

Quand il n’y a plus rien à faire que de se laisser ronger par le remords ou dévorer par la colère, il reste toujours une alternative : pardonner. A soi-même d’abord, pour ensuite pardonner aux autres.

 

*******************************************************************

 

Adaptation et mise en scène : Grégori Baquet
Assistance mise en scène : Philippine Bataille
Interprétation : Grégori Baquet et Murielle Huet Des Aunay

On ne voyait que le bonheur de Grégoire Delacourt est publié aux Editions J.C Lattès

********************************************************************

Durée : 1h20
Tarif C
Location à partir du 17 septembre

 lire la suiteLire la suite

LA REINE MARGOT

d'après Alexandre Dumas

Photo du spectacle

JEUDI 18 AVRIL - 20h30
 

Alexandre Dumas a écrit un roman mais aussi une pièce rarement montée sur un épisode marquant de notre histoire : 1572. Marguerite de Valois, catholique, est contrainte à un mariage politique avec Henri de Navarre, chef des protestants, afin de faire renaître la paix dans le royaume de France. Leurs noces seront le décor d’un des plus grands massacres religieux : La Saint-Barthélémy.

Dumas nous donne à voir la mécanique du complot. Les personnages sont emportés par une fureur qu'ils ne contrôlent pas. Ou comment des hommes, à un moment précis, peuvent organiser, commanditer et exécuter une tuerie ?   
Mais il est aussi question d'amour dans La Reine Margot. De passion même.

Il fallait la fougue d’Hugo Bardin et de sa troupe pour redonner vie à cette Reine Margot. Défi relevé : ils nous font entendre l’actualité et la portée universelle du texte de Dumas.

*******************************************************************
Collectif La Cantine
Conception et mise en scène : Hugo Bardin
Interprétation : Chloé Astor, Delphine Astoux, Hugo Bardin, Armelle Bérengier, Pierre-Yves Bon, Augustin Boyer, Alice Dessuant, Elodie Glamiche, Florent Hu, Hugues Jourdain, Marie Petiot, Kamelya Stovea, Bastien Ughetto

Prix du public / Concours du Théâtre 13

********************************************************************

Durée : 1h30
Tarif C
Location à partir du 17 septembre

 lire la suiteLire la suite

MOMS !

Crise de mères

photo du spectacle

SAMEDI 25 MAI - 20h30

Après un triomphe de plus de 2500 dates aux Etats-Unis et en Angleterre sous le titre Mom’s The World, Les Moms arrivent enfin en France avec une adaptation originale, dans le double registre du théâtre et de la comédie musicale, portée par des comédiennes et auteurs pour qui le « métier » de mère n’a plus de secret.
Le spectacle est une suite drôle, émouvante et parfois hystérique d’anecdotes, de vécus de péripéties extravagantes et confessions inspirées de faits réels nous dressant un tableau hilarant et intime de la vie des mamans.

Un hommage aux femmes et aux mères en les montrant dans leur diversité, leur force, leur fragilité, leur beauté et leurs souffrances qui les rendent encore plus aimables et dignes d’admiration.

 

***************************************************************

Théâtre du Passeur
Traduction et adaptation : Aimée Clark-Langrée et Sylvie Audcoeur
Mise en scène : Armand Eloi et David Eguren
Interprétation : Sylvie Audcoeur, Emilie Gavois-Kahn, Adèle Jayle, Raphaële Moussafir et Anlo Piquet

***************************************************************

Durée : 1h30
Tarif D
Location à partir du 7 janvier 

 lire la suiteLire la suite