MUSIQUE / CHANSONS / JAZZ

THOMAS ENHCO ET VALLILENA SERAFIMOVA

PHOTO DU SPECTACLE

Que produit la rencontre de deux électrons libres ? Une énergie folle ! 

Depuis sept ans, le pianiste Thomas Enhco et la percussionniste Vassilena Serafimova forment un duo hors normes. 
Ils ont tous deux un parcours à la croisée des genres, entre classique, jazz, influences contemporaines et improvisation. 

Thomas Enhco, membre de la grande famille Casadesus, a baigné dans la musique classique avant de choisir le jazz et l’improvisation. En 2013, il est élu « Révélation de l’année » aux Victoires du jazz. En 2015, Feathers, son quatrième disque, le premier en solo, paraît sur le label Verve et confirme un style énergique et tendre, à son image. En concert, avec plus de 130 dates par an, Thomas Enhco s’affirme comme un artiste captivant et généreux capable de nouer avec son public une relation forte et intime.

Vassilena Serafimova a vite lâché le violon pour les percussions, l’instrument de son père et de sa sœur. Dans sa Bulgarie natale, elle aborde la musique par l’école russe et intègre le marimba, jeune instrument du XXème siècle, à sa culture classique. Désignée « musicienne de l’année » en 2009 dans son pays, elle tombe amoureuse de Paris lors d’une tournée française et entre au Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris, complétant sa formation par un cursus à la Juilliard School de New York. Tantôt percussif, tantôt éolien : elle dévoile avec sensibilité toutes les possibilités du marimba, instrument fascinant et encore méconnu.

Les chemins de Vassilena et Thomas se croisent… et au carrefour, il y a naturellement Mozart : le marimba et le piano se retrouvent d’égal à égal dans les trois mouvements de la Sonate pour Deux Pianos en Ré Majeur K.448. La virtuosité et l’énergie des deux artistes se déploient avec aisance dans ce chef-d’œuvre à la fois plein d’allégresse et de profondeur, dont ils nous offrent une version jamais entendue jusque-là.

Vassilena passe naturellement par la transcription pour adapter une fugue de Bach tirée de la Sonate pour Violon Seul n° 1 en Sol Majeur BWV 1001. Aquarium, extrait du Carnaval des Animaux de Saint-Saëns, est quant à lui complètement arrangé pour piano et marimba préparés, offrant une interprétation inventive et pleine de folie. Thomas Enhco ré-harmonise Pavane op.50 de Gabriel Fauré pour une version plus sombre et mélancolique tandis que Vassilena transforme son marimba en un instrument hybride, entre orgue, violoncelle et basson.

Il compose pour le duo ; Eclipse, une promenade onirique et romantique, jouant de la légèreté de leurs deux claviers, Palimpseste, qui peint une douce lumière à l’aide des ondes boisées du marimba tandis que la lente mélodie du piano indique le chemin, comme un guide dans une forêt magique.

Elle lui enseigne un chant traditionnel de sa Bulgarie natale, Dilmano, Dilbero où ils unissent leurs voix claires, et créent une œuvre-fleuve épique et ébouriffante.

Ils passent commande au compositeur américain Patrick Zimmerli : Signs of Life – Blood Pressure entraîne les deux instruments dans une course folle, saluant au passage Steve Reich. Ils donnent une version pleine de groove de Bitter Sweet Symphony, tube planétaire du groupe de Britpop The Verve.

FEU! CHATTERTON

L'Oiseleur

photo de Feu Chatterton

JEUDI 14 MARS - 20h30

L’oiseleur est un disque ensorceleur, intense et singulier.
Singulier comme le nom de ce groupe, rock et pop, né il y a dizaine d’années au lycée Louis Le Grand, de la rencontre entre un amoureux des mots, Arthur, et deux guitaristes, Sébastien et Clément. Ils se forment au son des illustres Gainsbourg et ‪Bashung. Tous confessent un amour sans borne pour ‪Radiohead et ‪Led Zeppelin, mais aussi pour des artistes de leur génération tels que ‪Tame Impala ou ‪Mac DeMarco.

« Le seul critère que nous avions, c’était l’émotion partagée. Pas de frissons, pas de chanson. »
Le premier album Ici le jour (a tout enseveli), disque d’or, a fait du groupe la figure de proue de la nouvelle chanson française. Après une série de Zénith, Feu! Chatterton vient nous livrer dans le cadre intimiste des 3 Pierrots, L’oiseleur, ode de l’amour perdu, empreint de poésie.

************************************************************

Interprétation : Raphaël De Pressigny - batterie, Clément Doumic – guitare, clavier, Arthur Teboul – chant, Antoine Wilson – basse, Sébastien Wolf – guitare, clavier

***********************************************************
Durée : 1h45
Location à partir du 7 janvier
Tarif : B

 lire la suiteLire la suite